Toumo : connaissez-vous le yoga du froid ? - Nouvelle Page Santé

Toumo : connaissez-vous le yoga du froid ?

Qui n’a jamais lu ou entendu que le froid est plein de bienfaits pour notre organisme ?

Si ses effets antalgiques et anti-inflammatoires sont connus de tous (rappelez-vous les poches de glace appliquées sur les blessures), il est aussi réputé pour améliorer la qualité de la peau, augmenter le métabolisme et favoriser la récupération musculaire.

Le yoga, lui aussi, est largement reconnu pour ses multiples bénéfices.

De nombreux praticiens témoignent, dès 8 semaines de pratique, d’une amélioration de la qualité du sommeil et des capacités physiques, ainsi qu’une meilleure résistance au stress1.

Dès lors, pourquoi ne pas combiner le yoga et le froid pour aller encore plus loin sur le chemin vers une santé de fer ?

D’autres ont eu l’idée avant moi, la preuve avec Toumo, le « yoga du froid ».

Le principe ? S’immerger durant plusieurs minutes dans une eau presque gelée dont la température n’excède pas les 5°C (voire moins) !

Sur le papier, vous avouerez qu’il faut se motiver…

Pourtant, aussi paradoxal que cela puisse paraître, la pratique du Toumo semble être une véritable panacée pour soulager le corps et l’esprit.

 

Sauvé par le yoga

Le Toumo ou initialement Tummo est une pratique ancestrale originaire du Tibet.

Cette dernière utilise des techniques respiratoires spécifiques dans le cadre d’un entraînement progressif à l’exposition au froid.

Cette discipline a été transmise de génération en génération par les moines tibétains, qui l’utilisaient notamment pour résister aux conditions extrêmes de leur environnement.

Elle fut remaniée et popularisée au-delà des frontières de l’Asie, notamment par le yogi français Maurice Daubard.

Né en 1930, il connaît des débuts difficiles, marqués par la guerre, la souffrance et les restrictions.

À 18 ans, il contracte la tuberculose et développe de graves troubles associés : pleurésie, anémie et décalcification.

Les médecins de l’époque le condamnent à demeurer handicapé à vie et à dépérir rapidement.

Jusqu’à ce qu’il fasse la rencontre d’un ancien missionnaire chrétien qui lui apprend les bases du yoga mental, de la pensée positive et de la respiration consciente.

Au fil du temps, le jeune homme constate une réelle amélioration de son état de santé.

Il découvre alors le principe du Tummo tibétain et fait pour la première fois l’expérience de l’immersion en eau froide en 1956.

Stupéfait par les incroyables pouvoirs de cette pratique sur le corps et le contrôle de l’esprit, il entame des recherches et décide d’approfondir sa pratique et ses connaissances en se formant auprès de célèbres yogis.

Maurice Daubard finit par guérir et vouera une grande partie de sa vie à l’enseignement du yoga et au développement du Toumo pour aider les personnes en situation de handicap et de difficulté sociale.

Il donna de nombreux stages et conférences à travers le monde, et fut parfois suivi dans ses expéditions par des équipes scientifiques, désireuses d’étudier le mécanisme de résistance au froid développé lors du Toumo2.

Devenu célèbre dans le monde du yoga où il est surnommé le « yogi des extrêmes », Maurice Daubard s’éteignit en 2022, à l’âge de 92 ans.

Je trouve que cette histoire, à elle seule, constitue une belle preuve de l’efficacité du Toumo (et du yoga en général) pour renforcer notre mental et nous mener vers un état de santé optimal.

Une pratique qui gagne à être connue

L’un des principaux bienfaits du Toumo réside dans sa capacité à renforcer le système immunitaire.

En effet, l’exposition au froid stimule la production de lymphocytes T, qui jouent un rôle essentiel dans la défense de notre organisme contre les infections et les maladies.

De plus, la pratique régulière du Toumo permet de renforcer les vaisseaux sanguins, ce qui favorise une meilleure circulation et contribue ainsi à une bonne oxygénation des tissus, une aubaine pour lutter contre les maladies cardiovasculaires !

L’exposition au froid, et en particulier aux bains d’eau froide, a également démontré une amélioration de la résistance à l’insuline, ainsi qu’une diminution du tissu adipeux, ce qui pourrait se révéler utile contre le diabète et l’obésité3.

Mais les bienfaits du Toumo ne s’arrêtent pas là…

En se confrontant régulièrement à des conditions d’inconfort, le pratiquant apprend à mieux contrôler ses émotions et à rester calme dans des situations difficiles4.

Cela se traduit par une meilleure gestion du stress au quotidien et une augmentation de la confiance en soi.

Le Toumo a également des effets marqués sur la récupération musculaire.

En exposant son corps au froid, on réduit les tensions et on récupère plus vite après un effort physique intense.

Ainsi, il semblerait qu’en combinant l’exposition au froid avec la pratique du yoga, le Toumo offre une synergie puissante qui décuple les bénéfices des deux disciplines.

Cette combinaison unique permet ainsi de travailler de manière holistique sur le corps et l’esprit, pour une amélioration globale de notre santé et de notre bien-être.

La nécessité d’un encadrement adapté

Cependant, gare à ne pas vous lancer seul dans cette pratique, qui peut se révéler dangereuse lorsqu’elle n’est pas maîtrisée !

Le passage brutal à des températures extrêmes peut provoquer de graves blessures, et jusqu’à l’hypothermie, potentiellement mortelle. 

Ainsi, il n’est pas question de se jeter d’un jour à l’autre en maillot de bain dans la neige ou dans la rivière la plus proche.

D’autant que l’immersion dans l’eau froide ne constitue qu’une partie de l’apprentissage du Toumo, qui ne peut être pleinement vécu et profitable sans toute la dimension psychologique associée.

Il convient également de savoir exécuter convenablement les exercices respiratoires, ainsi que les méthodes qui permettent de faire remonter la température corporelle après l’exposition.

Par ailleurs, la pratique du Toumo fait puiser beaucoup de ressources à l’organisme. Elle est contre-indiquée aux femmes enceintes et aux personnes trop maigres ou en situation de grande faiblesse.

Si vous souhaitez essayer, le plus raisonnable est de s’initier auprès d’un professionnel. L’institut Maurice Daubard dorénavant dirigé par le fils de son fondateur, est bien évidemment réputé pour son enseignement.

J’espère que cette lettre vous aura apporté de nouvelles connaissances et aura contribué à démystifier la pratique du Toumo.

5 1 vote
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notification pour
guest

8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Silvy nicole
1 mois il y a

Bonjour à tous,
Je pratique la nage en eaux froides depuis un an
Et ceci pendant 15 à 25 minutes dans un lac de montagne
En hiver, mes pieds étaient toujours très froids mais maintenant plus du tout
Ma peau est plus ferme et j’ai moins mal au dos
Nicole (Jura)

Daniel BRAGONI
Daniel BRAGONI
1 mois il y a

Bpnjour, Je pratique le Bouddhisme Tibétain depuis avril 1984 et il me semble qu’il y ai une erreur de vocabulaire. En effet , dans le Bouddhisme il y a deux véhicules : le Hinayana ( ou éveil pour soi – discipline etc … ) et le Mahayana ( ou éveil pour autrui,on prend refuge pour l’éveil de tout vivant , avec les voeux de Bodhisattva ) … Et dans le Mahayana il existe un autre véhicule appelé le Vajrayana ou véhicule du diamant avec en premier lieu un lien indéfectible avec un maître d’une des lignées . J’en viens donc… Lire la suite »

Fraysse
1 mois il y a

Bonjour, est ce que la conférence du 28 février est gratuite ? Merci Cordialement.

Andrée FATH
Andrée FATH
1 mois il y a

Je ne suis pas partisane du Tummo, car plutôt frileuse, mais je suis prof de yoga, encore à mon âge (92 en juin prochain), je vais à mes cours (de 8 à 12 personnes) en voiture… Merci le yoga! Même si mon corps ne répond pas à tout ce que je voudrais qu’il fasse! la parole passe bien…

pranayama
pranayama
1 mois il y a

Je suis régulièrement exposée au froid, pas besoin de me doucher à l’eau froide. Quand il fait froid ma douche ne peut me fournir que de l’eau légèrement tiède et ma pièce n’excède pas plus de 18°C. En plus, j’ai des engelures. Mais vu le contexte actuel, le chauffage coûte excessivement cher et il n’est plus possible de se chauffer correctement.

Claudine
Claudine
1 mois il y a

Je pratique le bain par le froid après une séance de longe côte en méditérrannée où l’eau est à 11 degrès et même à cette température relativement « chaude » çà fait un bien fou !!!

edelrest
edelrest
1 mois il y a

J’ai connu Maurice et j’ai participé à ses stages dans les Alpes suisses. Il est vraiment formidable et je garderai toujours, à mon niveau, cette discipline du froid, même si au départ, je suis frileuse. Par exemple, faire un dernier rinçage à froid sous la douche, c’est très simple et très revigorand… Et à chaque fois qu’on le peut , dans la nature, une petite immersion, cela fait du bien…

Octarine
Octarine
1 mois il y a

Bonjour Laurent, les bains dans l’eau froide, c’est nu, pas en maillot. Quand on sort de l’eau glacée avec des vêtements ( maillot), c’est pire bien pire que être mouillé nu
Je pratique et je confirme les bienfaits

Suivez-nous sur Facebook

8
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Quel est votre profil énergétique ?

Découvrez votre personnalité énergétique et le type d'alimentation qui vous correspond le mieux.

Close