Pourquoi je prends des compléments alimentaires - Nouvelle Page Santé

Pourquoi je prends des compléments alimentaires

Chers amis,

Selon une étude menée par Harris Interactive à l’initiative du Synadiet (Syndicat National des Compléments Alimentaires), 60% des Français consomment régulièrement des compléments alimentaires[1].

J’en fais partie et je vous explique pourquoi.

        Vous ne voyez pas l’intérêt ? Moi si !

Vous faites peut-être partie des 40 % qui ne pensent pas à prendre de compléments ou qui n’en voient pas l’intérêt.

Pourtant, l’essor des compléments alimentaires dans les années 80 correspond à une prise de conscience salvatrice, qui depuis ne cesse de croître : la prévention.

En effet, après quelques décennies à traiter la maladie une fois celle-ci bien installée, la notion de prévention a peu à peu fait son chemin.

Ou plutôt, elle a retrouvé son chemin devrais-je dire, car comme l’affirmait ma grand-mère : « Mieux vaut prévenir que guérir » et elle avait bien raison !

Nos anciens misaient déjà sur la prévention avant que l’explosion de l’industrie pharmaceutique ne fasse du médicament la pilule miracle qui soigne tout ou presque.

Mais aujourd’hui, le bon sens est de retour.

N’oublions pas que la santé dite naturelle, que nous défendons chez Nouvelle Page, est une approche holistique de la santé, qui vise avant tout à maintenir l’organisme en pleine forme et à prévenir l’apparition de maladies.

C’est également une approche qui préférera toujours, à résultat égal, miser sur des molécules naturelles, en l’occurrence des compléments alimentaires, plutôt que sur des produits de synthèse… pour des résultats tout aussi probants.

On sait par exemple que, pour les problèmes de sommeil, les compléments associés à l’hygiène de vie sont tout aussi efficaces que les somnifères, les effets délétères en moins…

Mais alors, que contiennent ces compléments alimentaires ?

Eh bien, leurs ingrédients principaux sont :

  1. Les plantes (35 % du marché)
  2. Les vitamines et minéraux (30 %)
  3. Les ferments (10 %)
  4. Les omégas 3/6/9 (4 %)
  5. Les produits de la ruche (3 %)
  6. Les protéines et acides aminés, les huiles essentielles, les super aliments…    

Prise de façon appropriée, cette grande variété de compléments permet d’agir sur l’homéostasie (l’équilibre des fonctions biologiques) de l’organisme et de réduire les risques de maladie.

Alors pourquoi s’en priver ?

D’autant plus que notre mode de vie n’est plus ce qu’il était…

        Des carences inquiétantes

En quelques années, notre mode de vie s’est considérablement transformé.

Notre quotidien n’a plus rien à voir avec celui de nos grands-parents ou de nos arrière-grands-parents.

 C’est évidemment notre alimentation qui a le plus changé et les indications les plus courantes des compléments alimentaires sont très révélatrices à ce sujet.

Voyez plutôt, les compléments les plus consommés concernent :

  1. La vitalité et les défenses immunitaires
  2. Le sommeil et le stress
  3. La digestion et le transit
  4. La beauté, la minceur
  5. La santé articulaire  

Toutes les pathologies associées à ces problématiques pourraient être évitées avec une alimentation de qualité (c’estàdire non transformée et riche en nutriments variés).

Or, nul besoin de faire de grandes démonstrations, nous savons très bien que nos habitudes alimentaires modernes sont catastrophiques pour la santé.

Trop de sucre, trop de sel, trop de mauvaises graisses, trop de conservateurs, de pesticides et j’en passe.

Merci à l’industrie alimentaire et à ses produits ultra transformés qui ont envahi notre quotidien…

De plus, l’agriculture intensive a considérablement appauvri nos aliments en nutriments essentiels.

Songez qu’une pomme des années 1950 pouvait contenir jusqu’à 100 fois plus de vitamine C qu’une pomme d’aujourd’hui ! [2]

Certains nutriments, comme la vitamine D, ne sont pas contenus en quantité suffisante dans l’alimentation.

Je suis d’ailleurs certain que votre médecin vous a déjà proposé de vous supplémenter, surtout en hiver, où le manque de luminosité accentue encore le problème.

Enfin, avec l’âge, nous n’absorbons plus les nutriments aussi bien qu’avant, tandis que certaines maladies modifient nos besoins en oligo-éléments.

Ajoutez à cela l’exposition au stress et à la pollution et vous comprendrez pourquoi nous sommes, pour la plupart d’entre-nous, carencés.

Les compléments alimentaires deviennent alors d’autant plus précieux pour combler ces carences et rétablir une forme d’équilibre dans nos organismes déboussolés.

        Qui doit prendre des compléments alimentaires ?

Partant du postulat que nous sommes nombreux à être carencés en vitamines et minéraux et majoritairement exposés à un rythme de vie stressant pour l’organisme, j’aurais tendance à dire tout le monde.

En fonction de l’âge, du mode de vie, de la période de l’année, les compléments à prendre seraient bien sûr différents d’une personne à l’autre.

Il est donc difficile de faire une généralité.

Sachez tout de même que les cinq carences les plus courantes sont :

  1. La vitamine D (80 % de la population française est en déficit de vitamine D et 50 % des personnes ont une carence en vitamine D)[3] 
  2. Les omégas-3 (la proportion idéale d’oméga-3 / oméga-6 devrait être de 1:4 dans notre alimentation. Or bien souvent, nous sommes plus proches de 1:30 !)
  3. La choline[4] (une vitamine du groupe B, soluble dans l’eau. C’est un précurseur de l’acétylcholine, un neurotransmetteur nécessaire pour le fonctionnement de la mémoire et le contrôle des muscles)
  4. Le magnésium (75 % de la population serait en déficit de magnésium)[5]
  5. L’iode (selon l’OMS, 29 % de la population mondiale serait exposée un risque de carence en iode)[6]

Certaines catégories de populations sont plus exposées aux carences et donc plus susceptibles de faire appel à des compléments.

Il s’agit notamment des femmes enceintes, des personnes âgées, des grands sportifs, des enfants en pleine croissance, des personnes ayant un régime alimentaire pauvre en fruits et légumes, des végétariens, des végans.

Parmi les raisons qui peuvent nous amener à prendre des compléments alimentaires, le stress oxydatif est particulièrement pointé du doigt.

L’environnement dans lequel nous vivons peut entraîner une forte production de radicaux libres (des molécules instables).

Lorsqu’ils sont produits en quantité trop importante, ceux-ci s’accumulent dans notre corps et deviennent néfastes pour notre santé.

Ils accélèrent alors le vieillissement cellulaire et peuvent être à l’origine de certaines maladies dégénératives ou chroniques.

Le tabagisme, la surconsommation d’alcool et de caféine, l’exposition aux rayons UV et à la pollution, le manque de sommeil… Tous ces comportements à risque nécessitent une consommation plus importante d’antioxydants (compléments alimentaires riches en vitamines A, C et E, polyphénols, bêta-carotène etc.) pour pallier le stress oxydatif encouru.

Enfin, la prise de compléments alimentaires permet également de résoudre certains maux très fréquents sans avoir recours à des médicaments.

Car quel que soit notre mode de vie, certains désagréments ou inconforts peuvent malheureusement apparaître malgré tout.

Je pense notamment aux problèmes articulaires, de sommeil, de digestion, de peau, de fatigue mentale ou physique ponctuelle.

        Une hygiène de vie adaptée à la vie moderne

La prise de compléments peut s’envisager de façon ponctuelle, pour régler un problème spécifique, ou comme un réflexe quotidien, sur le long terme, à visée préventive.

Cependant, n‘oubliez pas que cela n’a pas vocation à soigner telle ou telle maladie.

Les compléments alimentaires ne sont, comme leur nom l’indique, que des compléments.

Ils doivent impérativement faire partie d’une action globale de votre part pour aller vers un mieux-être.

Ils vous accompagneront dans le cadre d’une reprise en main alimentaire, sportive, ou psychologique.

Leur consommation permet alors d’apporter des réponses adaptées à des personnes en situation d’inconfort ou à des personnes soucieuses de leur bien-être et de leur santé (ce qui nous concerne tous ou presque).

En conclusion, n’oubliez pas que la consommation de compléments alimentaires n’est pas un acte anodin.

Il convient d’abord de bien identifier votre problème afin de bien choisir vos compléments, d’éliminer toute maladie grave potentielle et de ne pas tomber dans une surconsommation inutile.

Prenez-vous régulièrement des compléments alimentaires ?

Quels bénéfices en retirez-vous ?

Merci de me le dire en commentaires.

5 1 vote
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que les éditions Nouvelle Page pourront l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sans Valeria
Sans Valeria
14 jours il y a

Je suis tout à fait d’accord avec ce que vous expliquez.Merci infiniment

Lespérance Marie Claire
13 jours il y a

Bonjour
J’ai trop de vit B12 même B12 active.
Aucun médecin ne trouve la raison.
Qu’est que cela évoque pour vous ?
Merci pour vos infos.
Cdlt

Suivez-nous sur Facebook

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Quel est votre profil énergétique ?

Découvrez votre personnalité énergétique et le type d'alimentation qui vous correspond le mieux.

Close