Mangez des œufs ! - Nouvelle Page Santé

Mangez des œufs !

Chers amis,

Prenez-vous plaisir, comme moi, à déguster de temps en temps un bon œuf à la coque ?

Depuis mon enfance, tremper des mouillettes de pain frais dans le jaune coulant me met en joie.

Je suis sûr que beaucoup d’entre vous partagent ce plaisir !

Pourtant, je pense qu’une pointe de culpabilité vous taraude aussi parfois.

Les œufs n’ont pas bonne réputation en matière de santé.

Le bouc émissaire du cholestérol

« Les œufs sont bourrés de cholestérol. »

« En consommer c’est risquer les maladies cardiovasculaires. »

Pour tout vous dire, lire ce genre d’inepties me fatigue. Vraiment.

Je trouve cela aussi inepte que d’affirmer : « Manger du raisin est mauvais pour la santé. »

Effectivement, si vous en mangez 2 kg par jour, vous risquez d’avoir des ennuis.

Comme pour tout aliment, c’est l’excès et la qualité qui sont en cause.

C’est vrai, les œufs, et plus particulièrement leur jaune, contiennent une bonne dose de cholestérol (environ 200 mg par œuf).

Mais je rappelle que seulement 30 % de notre taux de cholestérol provient de l’alimentation (70 % est fabriqué par notre foie) et que ce sont surtout les graisses saturées (charcuteries, viandes grasses, fromages, beurre, plats industriels, etc.) et le sucre qui nous le procurent.

100 grammes de pâté de foie c’est 390 mg de cholestérol, une andouillette, 344 mg, 100 grammes de crevettes, 280 mg, une cuisse de poulet, 122 mg1

Lorsque l’on connaît ces chiffres on est en droit de se demander : pourquoi s’acharner sur les œufs ?

Sans compter que nous avons besoin de cholestérol pour assurer les fonctions indispensables à notre organisme : fabrication des membranes de nos cellules, synthèse de certaines hormones sexuelles, formation des synapses du cerveau, etc.

Je passe volontairement sur la remise en question du rôle prétendu néfaste du cholestérol sur la santé. Ce n’est pas le propos de ce billet, mais vous pouvez consulter sur ce sujet l’excellent documentaire diffusé sur Arte « Cholestérol le grand bluff », ainsi que les articles des docteurs Michel de Lorgeril et Philippe Even.

Donc, je le répète : si vous êtes en bonne santé, manger des œufs dans le cadre d’un régime équilibré ne vous mènera pas aux urgences !

Pour les plus sceptiques, une étude scientifique le confirme2.

Les résultats obtenus sont clairs : « Une consommation élevée d’œufs (jusqu’à 1 œuf par jour) n’est pas associée à un risque accru de maladie coronarienne ou d’accident vasculaire cérébral. »

Simplement, si vous avez déjà une cholestérolémie élevée ou si vous souffrez de diabète, gardez la mesure, car les jaunes d’œufs augmentent légèrement le risque d’accident cardiovasculaire dans votre cas.

La poule aux œufs d’or

En réalité, les œufs sont particulièrement intéressants d’un point de vue nutritif.

De plus, ils ont l’avantage de coûter bien moins cher que la viande et de se conserver longtemps.

2 œufs apportent autant de protéines que 100 g de viande ou de poisson.

On y trouve aussi tous les acides aminés essentiels.

D’ailleurs, les blancs sont fréquemment utilisés par les adeptes de musculation pour la qualité et le bon taux d’absorption de leurs protéines.

Les œufs sont de surcroît riches en fer, en iode, en zinc, en bêtacarotène, en calcium, en magnésium, en phosphore, en potassium, en rétinol.

Et question vitamines, ils ne sont pas en reste : ils contiennent presque toutes les vitamines B, et l’œuf est aussi l’aliment le plus riche en choline (125 mg dans un seul jaune cru), qui fait partie de ce groupe de vitamines.

La choline est essentielle au bon fonctionnement du cerveau et à l’entretien des fonctions cognitives. Son déficit a été observé chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer3.

On trouve également dans les œufs de la vitamine E.

Et surtout, c’est un des rares aliments bien pourvu en vitamine D (1,88 µg/100 g) !

Quand on sait le rôle que joue la vitamine D pour l’immunité en ces temps de crise sanitaire…

Sa teneur en lipides, surtout concentrés dans le jaune, est de 7 g et les 2/3 de ces lipides sont des acides gras insaturés (oméga 3, 6 et 9).

Les œufs apportent également une sensation de satiété, contribuant ainsi à réduire le grignotage.

Une étude publiée en 2013 dans le European Journal of Nutrition a montré que les personnes qui mangeaient des œufs au petit-déjeuner avaient moins tendance à grignoter que ceux qui mangeaient des céréales4.

Ils ont aussi moins mangé au déjeuner et au dîner.

Un bel atout régime !

7 conseils qui tordent le cou aux idées reçues

  1. Les œufs doivent être conservés au réfrigérateur car cela préserve leur fraîcheur et évite le développement des salmonelles.
  1. Pour vérifier leur fraîcheur, plongez-les dans un verre d’eau. S’ils flottent, ne les consommez pas !
  1. Quel que soit l’élevage, les œufs sont frais jusqu’à vingt-huit jours après leur ponte !
  1. Ne jamais manger un œuf à coquille fendue : des germes peuvent y avoir pénétré.
  1. Ne jamais laver une coquille d’œuf : elle deviendrait poreuse aux germes. En revanche, pensez toujours à vous laver les mains après les avoir manipulés.
  1. Adaptez vos préparations en fonction de la fraîcheur de l’œuf. Plus il est récent, plus ses propriétés naturelles de défense (situées dans le blanc) vis-à-vis des bactéries sont efficaces. Un œuf coque, poché, destiné à une mayonnaise ou une mousse au chocolat se consomme maximum 9 jours après la ponte. Jusqu’à 15 jours pour les œufs au plat, 21 pour une omelette et jusqu’à 30 jours pour les œufs durs.
  1. Préférez un mode de cuisson qui garde le jaune cru (coque, sur le plat, poché, mollet) car un jaune cuit perd tous ses atouts nutritionnels (vitamines, minéraux, etc.).

Décodez les coquilles

Vous avez sûrement remarqué que sur chaque œuf se trouvent des chiffres mystérieux pour la plupart d’entre nous.

Voici ce que vous devez comprendre :

Le premier chiffre 0, 1, 2 ou 3, permet d’identifier le mode d’élevage.

  • 0 = œuf de poule élevée en plein air et bio.
  • 1 = œuf de poule élevée en plein air.
  • 2 = œuf de poule élevée au sol, en liberté mais en intérieur (1 m2 pour 7 poules).
  • 3 = œuf de poule élevée en batterie, en cage.
  • FR correspond au code du pays.
  • Les numéros qui suivent concernent l’identification de l’éleveur.
  • Sur l’emballage, la mention “extra” ou “extra-frais” ne peut être utilisée que jusqu’à neuf jours après la ponte.
  • Enfin, la mention DJP signifie « date du jour de ponte ».

Donc, avant de vous régaler, veillez à bien choisir vos œufs, par égard pour les poules comme pour votre organisme.

Portez-vous bien

À bientôt,

Laurent des Éditions Nouvelle Page

3.7 3 votes
Évaluation de l'article

Sources :

Merci de ne poser aucune question d’ordre médical, auxquelles nous ne serions pas habilités à répondre.

En soumettant mon commentaire, je reconnais avoir connaissance du fait que Santé Nature Innovation pourra l’utiliser à des fins commerciales et l’accepte expressément.

S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Pascale PIGNOLET DE FRESNES
Pascale PIGNOLET DE FRESNES
2 mois il y a

J’ai trouvé cet article sur le sujet des oeufs très intéressant.

muriel lalanne
muriel lalanne
2 mois il y a

Dans un article précédent vous dites de ne pas conserver les oeufs au frigo et dans celui là , le contraire . Pas très cohérent tout çà .

brando
2 mois il y a

Le problème, à mon avis, concernant les oeufs, c’est leur teneur en acide
arachidonique qui a un effet pro-inflammatoire, effet dose-dépendant, si
on en consomme souvent…
Toutefois, si les poules sont nourries avec des graines de lin, les oeufs auront
moins d’acide arachidonique, et, surtout, des oméga 3, EPA-DHA, effets
anti-inflammatoires. C’est juste un résumé, mais j’espère qu’il vous sera
utile pour mieux choisir vos oeufs, bien sûr bios.

Abdelouahab
Abdelouahab
2 mois il y a

Salut.
pour les atteints de prostate …les œufs augmentent la gravité…?

brando
2 mois il y a
Reply to  Abdelouahab

Un oeuf de temps en temps, à mon avis, ne peut pas augmenter la gravité de l’adénome de la prostate, mais, comme je l’ai dit, dans un message précédent, les oeufs de poules nourries avec des graines de lin ont un effet anti-inflammatoire, bénéfique, auquel cas, et je conseille aussi des huîtres, riches en zinc, nutriment qui, comme la racine d’ortie, diminue (plus que le sabal serulata, appelé aussi serenoa repens, palmier scie d’Amérique (Floride) la sécrétion de 5 alpha réductase, enzyme qui métabolise en partie la testostérone en déhydrotestostérone, qui contribue à la croissance de l’adénome de la prostate.… Lire la suite »

Benoit Laprise
Benoit Laprise
2 mois il y a
  1. J’aime beaucoup votre cronique j’aimerait l’avoir par écris

Partagez-nous